Témoignage d’un canadien à Paris !

Mon canadien a été en visite en France pendant 1 mois à mon plus grand bonheur ! C’était la première fois qu’il partait loin de son pays et de sa culture. Pendant tout son séjour des petits détails le surprenaient, c’est ainsi que j’ai eu l’idée de lui demander d’écrire toutes ses impressions et ses chocs culturels. Je vous les transmets ici, c’est toujours intéressant d’avoir la vision d’un touriste à Paris (le texte a été écrit en anglais, j’ai laissé le texte original en-dessous de ma traduction française) !

canadien à Paris

« .. Et j’ai finalement débarqué en France.
Je me sens comme s’il était un peu plus de minuit, en réalité, c’est  lumineux et ensoleillé à  8 heures du matin à l’aéroport Charles de Gaulle, à la périphérie de Paris. Laissez-moi trouver celle pour qui je suis ici pour que nous puissions nous tenir mutuellement serré. Nous nous serrons dans les bras l’un de l’autre, nous partons et nous faisons notre chemin vers la belle campagne de Marines dans la région parisienne et comme je me sens fatigué je contemple presque inanimé  le paysage vallonné.
1. « Les différences en noir et blanc »
Lors d’une visite à environ 5600 kilomètres de distance de chez soi et après avoir traversé un océan, tout est différent. Les rues et les bâtiments sont différents, les gens sont différents, le temps, même l’eau, l’air et le soleil sont différents. Ici, les rues de Paris sont comme un
labyrinthe, l’architecture est impressionnante et l’histoire est riche. Un immeuble typique est digne d’une photographie, tout un quai de pierre aléatoire est l’un des vestiges les plus anciens de la ville.

 

Lorsqu’on se promène et qu’on  admire Paris, nous arrivons souvent à plus de 5 intersections de rues.
Contrairement à ce qu’on peut trouver  à la maison (Ottawa), ici, ils rentrent 5 entreprises dans un bâtiment là où nous en rentrerons la moitié d’une entreprise. Une série sans fin de boulangeries, de boutiques de créateurs, de tabacs, de pharmacies, de pubs et de restaurants sont très denses en  bas des nombreuses rues. Et  le long des ces nombreuses rues nous retrouvons beaucoup de gens …

 

La preuve que Paris est l’une des villes les plus visitées dans le monde se voit en marchant à travers les mers de piétons et les touristes sur les trottoirs (presque 1: 1 de ratio à certains endroits), mais contrairement à Ottawa, vous êtes tenu d’être vigilants en tout temps ! Je n’ai pas eu d’incidents, mais les touristes inconscients attirent clairement  le vol à la tire. Outre ce point, si les trottoirs ne sont pas assez à l’étroit, les
rues sont submergés avec les voitures. Conduire ici est net et précis. Contrairement à la maison où les routes sont 50% plus large et les gens se sentent encore incertains au sujet de leurs actions lors de la conduite.
Des hordes de voitures compactes filent autour de lignes droites et étroites et certains finissent dans le rond-point mais, dans un chaotique harmonieux à l’Arc de Triomphe où aucun algorithme ne pourrait jamais prédire le résultat. Venez ici si vous voulez voir une Twingo faire freiner violemment  un bus de touristique. Au sujet du shopping, on peut remarquer que certaines choses sont moins chers tandis que
d’autres sont beaucoup plus chers que ce que nous sommes habitués. Les aliments et boissons français de base sont évidemment moins chers ici dans leur pays natal. Les prix du fromage et baguettes me surprennent toujours aussi bien que le vin qui est presque littéralement moins cher que l’eau! (mon Canadien est devenu un passionné du cidre depuis qu’il a posé le pied en France). Ensuite, étrangement vous aurez des produits comme un pantalon Levi’s  où le  prix est deux fois plus élevé que chez nous.

 

2. « Le chemin du Parisien »
Les différences culturelles et sociales sont les plus intéressantes à vivre avec. Pour les reconnaître, il est nécessaire d’aller dans les zones plus denses de Paris. La Défense, les Champs-Élysées, le Palais Royale, la tour Eiffel, l’avenue de l’Opéra et des Galeries Lafayette. Dans presque tous les cas, les gens vaguent à leurs occupations quotidiennes avec une confiance subconsciente qui est le sous-produit d’une culture plus mature.
Chacun avec leur objectif clair, la plupart d’entre eux à pied à travers le conglomérat de piétons, les mendiants sommaires et des artistes de rue puis, ils se faufilent dans le métro et parviennent à lire le journal tout en bloquant les deux gars
avec la clarinette électrique et l’accordéon … La vitesse de vie est déterminée par son transport en commun le plus rapide. Les 14 lignes
de métro font de Paris ce qu’elle est. Les parisiens accélèrent à traversl’artère principale de la ville, sur le chemin de leur objectif précis, mais
ils le font en «mode décontractée, niveau: expert».
La ville, de jour ou de la nuit, la pluie et le beau temps est follement animée et diversifiée, il y a  littéralement trop à faire à un moment donné. Les rues sont bondées, mais cela ne sonne pas toujours comme ça. La cacophonie doux peut être étouffé par l’air humide ou par le bourdonnement des pneus de voitures circulant sur les routes pavées, mais il est à noter que la plupart des gens ici n’aiment pas particulièrement être entendus quand ils parlent. Ils ont des conversations à un niveau sonore moyen et ne sonnent pas du tout comme le mec qui sent que c’est nécessaire de laisser savoir à tout le restaurant que son pote qui vient de lui raconter assez mal une blague est « le mec le plus drôle » * soupir *.
Les parisiens sont humbles et courtois. Les amis que je me suis fait pendant mon séjour m’onttoujours offert  une hospitalité
inoubliable. Le partage semble particulièrement plus important ici que jamais je n’ai ressenti à la maison. Avec de grandes quantités de nourriture et le vin intégrés dans leur culture, il est impossible d’évoluer sans cette générosité.

3. « Qu’est-ce que s’est ce stéréotype?! … »

Le français est une langue bien développée. Les conversations incitent toujours à la réflexion  mais, pour la pensée et l’oreille des personnes originaires d’Amérique du Nord, ce sont des sujets de conversations plutôt condescendants, conduisant ainsi certaines personnes à croire que les Français sont snobs … Ceci est fâcheusement faux!

Si une personne agit de façon odieuse à Paris, il s’agirait en réalité d’une personne « anglophone ». Une nuit, nous retournions à notre hôtel et il y avait une voiture de métro pleine d’entre eux en état d’ivresse. Si le responsable du groupe n’avait pas sifflé et annoncé d’un air odieux aux 30 personnes bourrés et fatigués que leur arrêt était le prochain, ils auraient sûrement tous finis au terminus. Même si elles ont après plaisantées en répétant (et presque de façon offensive) le nom de la station de métro. Comme si c’était la faute de la langue française s’ils ne pouvaient pas prononcer correctement le nom …
Sur une note plus positive, et bien que je ne sois pas toujours certain de la raison réelle, (peut-être parce que je n’avais pas l’apparence d’un touriste) mais, beaucoup d’étrangers me saluaient chaleureusement. Même un ouvrier au hasard en rangeant son matériel électrique dans le hall de notre appartement me salua avec un « bonjour monsieur ».

La traversée du Nouveau Monde vers l’Europe a finalement été ressenti comme si j’écoutais une personne âgée que je pensais trop sûre d’elle mais qu’au final avait  tout à fait raison ! … Écouter cette personne âgée et d’être heureux de ce que j’ai fait! … Cela a été une expérience enrichissante que je souhaite poursuivre et construire dans un avenir très proche. »

Avez-vous apprécié cette ballade dans Paris à travers les yeux de mon canadien ? ^^

 

« …and I finally land in France.

It feels like it’s a little passed midnight, in reality it’s bright and sunshiny 8 in the morning at Charles de Gaulle airport on the outskirts of Paris. Let me find the one I’m here for so we can hold each other tight. We do, we leave and we make our way towards the lovely countryside of Marines as I tiredly and almost inanimately gaze at the rolling landscape.

1. « The black and white differences »

When visiting some 5600km away and across an ocean, everything is different. The streets and buildings are different, the people are different, the weather, even the water, the air and the Sun is different. Here, the city streets are like a maze, the architecture is awesome and the history is rich. A typical apartment building is worthy of a photograph while a random stone dock is some of the city’s oldest remains.

When walking around and admiring, we often arrive at 5+ street intersections. Opposed to what can be found back home, here they fit 5 businesses in the volume the we would fit half of one. Endless arrays of bakeries, designer boutiques, smoke shops, pharmacies, pubs and restaurants are densely packed down the many streets. And down the many streets are many people…

Proof that Paris is one of the most visited cities in the world is seen by walking through the seas of pedestrians and tourists on sidewalks (almost 1:1 ratio at certain locations) but unlike Ottawa, you’re required to be vigilant at all times! I didn’t have any incidents but oblivious tourists clearly attracts pickpocketing. Besides the point, if the sidewalks weren’t cramped enough, the streets are flooded with cars. Driving here is sharp and precise. Unlike back home where roads are 50% wider and people still feel uncertain about their actions when driving.

Hordes of sub compact cars zip around narrow straights and some end up in the chaotic yet harmonious roundabout at the Arc de Triomphe where no algorithm could ever predict the outcome. Come here if you want to see a Twingo make a tourist bus violently brake to a halt.

Shopping around town, we can notice that certain things are cheaper while others are much more expensive than what we’re used to. The common french foods and beverages are obviously cheaper here in their native country. The prices of cheese and baguettes still amaze me as well as wine which is almost literally cheaper than water! Then you’ll have the odd thing like a pair of Levi’s priced twice as much as back home.

2. « The way of the Parisian »
Cultural and social differences are the most interesting to live with. To recognize them, it is necessary to go to Paris’ denser areas. La Défense, Les Champs-Élysées, Palais Royale, the Eiffel tower, Avenue de l’Opéra and the Galeries Lafayette. In almost every case, people go about their daily business with a subconscious confidence that is the by-product of a more mature culture.

Each with their clear goal, most of them walk through the conglomerate of pedestrians, the sketchy beggars and street performers, then squeeze into the metro and manage to read the newspaper while blocking out the two guys with the electric clarinet and the accordion…

The speed of life is determined by it’s fastest common transport; The 14 lines of metro that makes Paris go. They speed through the city’s main artery on their way to their definite objective, but they do it in « laidback mode, level: expert ».

The city, day or night, rain or shine is wildly animated and diversified, there is literally too much to do at any given time. The streets are crowded but it doesn’t always sound like it. The mild cacophony may be muffled by the humid air or by the humming of car’s tires driving on cobble stone roads, but it is noticeable that most people here don’t particularly like to be over-heard when talking. They engage in conversations at modest volumes and nowhere near sound like the guy that feels like it’s absolutely necessary to let the whole restaurant know that the joke his friend just half-butchered was the ‘’funniest EVER dude!!’’ *sigh*.
Parisians are humble and courteous. The friends that I made during my stay always offered memorable hospitality. Sharing seems particularly more important here than it ever felt back home. With copious amounts of food and wine integrated in their culture, it’s impossible to evolve without being this generous.

3. « What stereotype?!… »

French is a thoroughly developed language. Conversations always include food for thought, and to the North Amercian ear, this will come off as rather condescending, thus leading many to believe that the French are snobby… This is annoyingly false!

If anyone there does in fact act obnoxiously, it is the « other English-speaking country ». One night we were heading back to our hotel and there was a drunken car-full of them. Hadn’t it been for the responsible group leader that cockily whistled 30 tired other people to announce that their stop was the next one, they would have all ended up at the terminus. Even though they were jokingly repeating (and almost offensively) the name of the metro stop. As if it was the french language’s fault that they couldn’t pronounce the name correctly…
On a more positive note, and although I’m still not certain of the actual reason, (maybe it’s because I didn’t pass off as a tourist) but a lot of strangers would charmingly greet me. Even a random construction worker at our apartment would turn off his power tool and greet me with a « bonjour monsieur ».

Crossing from the New World to Europe felt like finally listening to that older person who you think is full of it, when in fact is completely right!… Listening to that older person and being glad that you did!… It was an enlightening experience that I hope to follow through and build-on in the very near future. « 

Autres articles :

2 Replies to “Témoignage d’un canadien à Paris !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *